Imprimer

Comment réaliser son propre compost ?

 
Écologique, économique et pratique, la réalisation de compost peut se révéler une opération intéressante à condition d’observer quelques règles fondamentales. Comment s’équiper ? Quels soins apporter à son compost en cours de maturation ? Nous vous révélons tout ce qu’il faut savoir pour réaliser votre propre compost, sans faux pas.

 
Tous nos conseils pour réaliser votre propre compost

 
Limiter le volume de ses poubelles, recycler les déchets organiques, agir contre la pollution, favoriser la biodiversité, enrichir la terre de son jardin avec un produit naturel et traçable ? Toutes les raisons sont bonnes pour se lancer dans le compostage. Au fond du jardin, sur un coin de balcon ou dans la cuisine, quel que soit l’espace dont vous disposez, suivez nos explications étape par étape et apprenez comment réaliser votre propre compost.

Réaliser son propre compost avec des déchets verts étape par étape

 
Étape 1
: On trie les déchets verts
Gardez tous les déchets de votre jardin (herbe tondue, branchages légers et feuillages) en éliminant les déjections des animaux domestiques, les résidus de toilettes sèches, les mauvaises herbes si elles contiennent encore des graines et les plantes malades (champignons, bactéries), sous peine de contaminer tout votre espace vert.

Étape 2 : On alterne matières sèches et matières humides
Superposez en alternance les couches de déchets secs (feuilles mortes, tiges et branchages secs, fleurs fanées) et les couches de matières humides (tonte de gazon, feuillages, épluchures). Le cas échéant, vous pouvez y introduire du carton non traité, des coquilles d’œuf ou de la cendre.

Étape 3 : On surveille le taux d’humidité et l’aération du compost
Vérifiez régulièrement l’humidité de votre bac : s’il est trop mouillé ou trop sec, les micro-organismes disparaissent et le processus de fermentation est freiné, voire complètement stoppé.

Pourquoi réaliser son propre compost ?
 

Démarche éco-citoyenne pour les uns, inimitable amendement de jardin pour les autres, le compost offre de nombreux avantages. Réaliser son propre compost, c’est prendre part à la protection de l’environnement en réduisant et en valorisant ses déchets verts ou ménagers. Confectionner son compost maison, c’est aussi réaliser de très nettes économies en diminuant ses dépenses sur les produits fertilisants. C’est enfin prendre soin de son jardin avec un engrais naturel, parfaitement traçable, sans cesse renouvelable. En un mot : toujours disponible.

Réaliser son propre compost demande peu de temps et ne nécessite pas forcément de grands espaces pour être mis en œuvre. Jardinier du dimanche, adepte des potagers bio ou citadin sans jardins, vous trouverez forcément le composteur adapté à votre projet, qu’il s’agisse d’enrichir le carré potager sur votre toit-terrasse, les jardinières de votre patio ou le jardin de votre maison de campagne.
 

Les bons gestes pour réaliser son propre compost

 
Étape 1 : On trie les déchets ménagers
Presque tous les restes de cuisine peuvent servir à la réalisation de votre compost à l’exception de la viande, du poisson, des matières grasses (huile ou beurre). Écartez aussi les os et les noyaux qui se dégradent très lentement et les écorces d’agrume traitées aux pesticides.

Étape 2 : On repère les déchets ménagers compostables
Dites oui aux légumes et aux fruits (produits trop murs ou épluchures), aux aliments secs, au marc de café et de thé, aux coquilles d’œufs mais aussi au papier non traité (filtres à café, serviettes ou papier absorbant).

Étape 3 : On entretient le compost
A chaque fois que vous ajoutez de nouveaux déchets, veillez à mélanger votre compost en cours de maturation pour que la fermentation reprenne. Vous favoriserez le processus de décomposition en brassant ou aérant régulièrement votre futur compost et en vérifiant le taux d’humidité. Il ne doit être ni franchement mouillé, ni carrément sec.

Quels sont les meilleurs produits pour réaliser son propre compost ?

 
Le bac à compost en plastique : disponible en plusieurs dimensions et contenances, le composteur en plastique s’installe et s’utilise facilement. Certains modèles sont compatibles avec une grille de fond protégeant le compost des rongeurs.
Le composteur en bois : indispensable pour réaliser son propre compost, le composteur en bois ne se contente pas seulement d’être esthétique, il protège efficacement la matière organique du froid et de la sécheresse.
Le composteur de cuisine ou d’appartement : compact et hermétique, le composteur de cuisine est parfaitement adapté aux petits espaces et ne produit pas d’odeurs.

Découvrez également tous nos composteurs.