Imprimer

Rendement d’un poêle : ce qu’il faut savoir

Vous êtes sur le point d’installer un poêle de chauffage. Que ce soit pour un chauffage d’appoint ou comme chauffage principal de votre maison, son rendement est un paramètre à connaître. Mais attention à ne pas se méprendre ! Les poêles de chauffage modernes atteignent de très bons rendements mais n’ouvrent pas tous le droit aux aides à la rénovation énergétique.

  

Enfin, il y a une différence entre le rendement théorique d’un chauffant au bois et son rendement en fonctionnement. De réelles économies sont en jeu. Quels sont les paramètres qui entrent en jeu ?

  

Bricomarché vous propose cette page de conseils et d’informations pour comprendre à quoi correspond le rendement d’un poêle.

Rendement du poêle : définitions et ordres de grandeur

 

On exprime un rendement en pourcentage. Il représente le rapport entre l’énergie restituée sous forme de chaleur dans les pièces de l’habitation et l’énergie contenue dans le combustible. Le rendement théorique maximal est de 100 % mais chaque modèle de poêle affiche un rendement qui dépend de sa conception.

 

L’énergie du combustible est, plus précisément, la quantité maximale de chaleur produite par sa combustion complète. Le pouvoir calorifique du bois de chauffage dépend de l’essence du bois.

rendement d’un poêle

Le rendement du poêle serait maximal :

 

  • si aucune chaleur ne partait par le conduit de fumées ;
  • et si la combustion du bois était complète.

 

La conception des poêles, des inserts et des foyers à bois vise donc à avoir la meilleure combustion possible et à rejeter le moins de chaleur possible par le conduit. Ils atteignent ainsi d’excellents rendements, de l’ordre de 85 %.

 

Par comparaison, le rendement des moteurs de voiture, défini comme étant le rapport entre l’énergie mécanique produite et l’énergie du carburant, est infiniment plus faible ! Il est d’environ 36 % pour un moteur à essence et 42 % pour un moteur diesel...

Puissance et rendement du poêle : à ne pas confondre

 

Un poêle qui chauffe bien, est-ce parce qu’il est de bonne puissance ? Ou parce qu'il a un bon rendement ? Vous l’aurez compris. Ces deux notions sont différentes.

 

Un poêle peut avoir une puissance élevée s’il est conçu pour pouvoir brûler de grosses quantités de combustible, sans avoir pour autant un bon rendement. Même s’il chauffe bien, sa consommation de bois risque d’être excessive et cet appareil ne donnera pas satisfaction.

 

À l’inverse, un poêle qui a un excellent rendement mais une très petite puissance de chauffe ne suffira peut-être pas à chauffer une grande pièce. 

Le rendement des différents types de poêles

 

Les poêles à bois et les poêles à granulés actuels ont une conception très poussée qui leur confère de très bons rendements. Nous parlons ici des rendements affichés par les fabricants et correspondant à des conditions optimales de fonctionnement.

 

Pour fixer les idées, voici les valeurs du rendement des poêles actuels :

 

  • pour les poêles à bois, suivant les modèles, de 75 % à 90 % ;
  • pour les poêles à granulés, de 87 % à 98 %.

 

Pourquoi ces différences ? Parce que la combustion des granulés est pratiquement complète, ce combustible étant optimisé. Par ailleurs, les poêles à granulés possèdent un système de régulation automatique de l’alimentation en combustible, ce qui augmente leur efficacité.

 

Pour vous y retrouver parmi les modèles de poêles, le label Flamme Verte distingue les appareils particulièrement performants et les moins polluants, ayant obtenu 7 étoiles lors de tests normalisés. Tous les poêles qui obtiennent ce label sont éligibles aux aides à la rénovation énergétique.

Optimiser le fonctionnement de son poêle : le rendement effectif

 

Une fois équipé d’un poêle à bûches ou à granulés, c’est en fonctionnement réel que son rendement s’apprécie. Faire fonctionner un poêle à un régime où son rendement n’est pas excellent conduit à consommer plus de combustible et à polluer plus.

 

Le rendement réel se rapproche du rendement maximal du poêle si ses conditions de fonctionnement sont optimales. Il faut pour cela que la combustion du bois ou des granulés soit la plus complète possible.

rendement du poele-2

Deux aspects conditionnent donc ce rendement :

 

  • La qualité du combustible utilisé : ce paramètre est crucial pour une bonne combustion du bois de chauffage ou des granulés. 
  • La puissance de fonctionnement : le rendement est optimal lorsque le poêle fonctionne à sa puissance maximale.

 

Du bois de qualité doit être bien sec (avec un taux d’humidité inférieur à 20 %) et provenir d’essences de feuillus durs. Brûler du bois humide dégrade considérablement sa combustion et le rendement du chauffage. La combustion de bois humide et de bois de résineux produit également des suies qui encrassent le poêle et le conduit. 

 

Pour les poêles à granulés, la qualité du combustible peut être vérifiée si on achète des granulés labellisés.

 

Afin d’obtenir de son poêle un rendement optimal, il faut le faire fonctionner à pleine puissance. Un poêle qui marche au ralenti, dont on a fermé les entrées d’air, obtient des performances dégradées : le rendement chute, la consommation augmente et l’installation s’encrasse. 

 
Il est donc très important de bien choisir un poêle correspondant à la puissance de chauffe souhaitée et pas plus. Si vous hésitez entre deux modèles, choisissez le poêle offrant la plus petite puissance possible afin de le faire fonctionner à plein régime et au meilleur rendement. Vous réaliserez des économies et vous préserverez l’environnement !