Nos guides d'achats
vous conseiller, c'est notre métier


Cheminées inserts et foyers fermés, l’art de faire le bon choix

insert ou foyer fermé ?

Le charme d'un feu de bois, l'efficacité en plus… Les inserts et foyers fermés constituent des systèmes de chauffage performants, loin des cheminées vétustes de nos grands-parents. Zoom sur ces installations qui associent confort et économie.

Inserts et foyers fermés, comment ça marche ?


- L’insert vient prendre place dans une cheminée déjà existante. Il se compose d’un foyer (en fonte ou en acier) placé dans un caisson double paroi et équipé, en façade, d’une vitre en micro-céramique.

- Le foyer fermé, plus volumineux que l’insert, s’intègre dans la cheminée dès sa construction. Il se constitue d’une chambre à combustion en fonte, elle aussi pourvue d’une vitre en micro-céramique.

Tous deux fonctionnent selon le même principe : ils réchauffent l’air extérieur de la pièce, grâce aux calories dégagées par le feu de bois. Dans le cas de l’insert, l’air frais est aspiré dans le caisson double paroi, puis est expulsé, une fois réchauffé, par des bouches de sortie situées en haut de l’appareil. Dans le cas du foyer fermé, l’air se réchauffe dans l’habillage maçonné de la cheminée, puis est évacué par des grilles latérales ou placées sur la hotte de la cheminée. Dans les deux cas, la vitre en micro-céramique contribue également, par rayonnement, à la diffusion de la chaleur dans la pièce.
 

Cheminées fermées vs cheminées traditionnelles, quels avantages ?

Cheminées traditionnelles

Inserts et foyers fermés

Rendement

Faible
(65% de la chaleur s’échappe par le conduit de fumées)

Jusqu’à 6 fois supérieur
(la chaleur est canalisée dans la pièce)

Consommation de bois

Importante

Faible (5 à 6 fois, inférieure)

Possibilité de chauffer plusieurs pièces

Non

Oui, grâce à des gaines en aluminium distribuant l’air chaud (possibilité de les équiper de turbines pour accroître leur efficacité)

Sécurité

Danger important (projectiles incandescents).
Impossibilité de s’absenter, une fois la cheminée allumée.

Peu de danger (à condition d’entretenir régulièrement les conduits d’évacuation des fumées).
Pas de surveillance nécessaire.

Quels critères de choix retenir ?

- L’appareil doit obligatoirement répondre à la norme NF D-35 376, afin de ne présenter aucun risque d’incendie.
- La présence d’un modérateur de tirage (sous la forme d’un clapet-volet) est indispensable : elle permet de réduire la consommation de bois et d’éviter que la fonte ne se fissure à cause de températures trop élevées.
- La puissance de l’appareil doit être déterminée en fonction du volume de la pièce (8 à 10 kW pour un espace de 80 à 130 m2, 12 à 18 kW pour un espace de plus de 150 m2).
- Enfin, le rendement, la capacité en bois et la durée en feu continu (ou durée d’autonomie) sont à évaluer en fonction de l’usage que vous comptez faire de l’appareil : faibles dans le cas d’un chauffage d’agrément ou d’appoint, élevés dans le cadre d’un chauffage principal.
 

Installation d’un insert, les précautions à prendre

Dans le principe, l’insert est relativement simple d’installation, puisqu’il s’agit uniquement d’encastrer le foyer dans la cheminée et de le raccorder au conduit de fumées de celle-ci. Toutefois, dans les faits, un certain nombre de précautions doivent être prises, qui nécessitent l’intervention d’un professionnel :
- vérification de l’adéquation entre les dimensions de l’insert et celles de l’âtre de la cheminée,
- inspection du conduit de fumées (vérification de sa stabilité, ramonage, identification et colmatage des fissures et crevasses),
- sécurisation du conduit de fumées. Selon les cas, elle peut prendre la forme d’un chemisage (la paroi intérieure du conduit est recouverte sur toute sa hauteur d’un enduit spécial étanche) ou d’un tubage (introduction dans le conduit d’un tube en céramique, chargé de prendre en charge l’évacuation des fumées).

 

Conseils: Quels bois de chauffage choisir?

Les feuillus (chêne, hêtre, charme, etc.) constituent les essences à privilégier pour servir de bois de chauffage : leur densité permet une combustion lente et calorifère. En revanche, le bois d’abattage de résineux (sapins, pins) brûle rapidement et dégage des déchets importants.

je supprime mon compte

êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce compte ? Toutes vos informations seront effacées

supprimer

je supprime mon compte

Votre compte a bien été suppriméà bientôt en magasin

l'email est invalid

je contacte le sav

sav_form

Par téléphone au :

01 42 70 70 00 ou 0820 240 240

Par message :